Pourquoi vous devriez pratiquer le conseil proactif

Thomas Goenczi 
Collaborateur de Lookout

L’idée communément admise en matière de conseil est que la prise en charge de la santé mentale doit être réactive. On a l’impression qu’il faut attendre d’avancer à tâtons dans les ténèbres d’un épisode dépressif ou de palpiter d’anxiété pour demander de l’aide. Pour une raison ou une autre, nous avons tendance à laisser nos symptômes ou nos problèmes s’exacerber.

Cela peut être dû à la méthode prédominante de la médecine, qui vise à réduire ou à soulager les symptômes. De plus, une fois que ces symptômes sont revenus à l’homéostasie – un niveau de base – l’individu est considéré comme traité et se voit prescrire des techniques, des exercices et/ou un régime de médicaments pour rester en bonne santé.

Il existe des protocoles similaires dans certaines modalités de conseil, en particulier le conseil à court terme, qui est généralement quantifié entre trois et cinq séances et jusqu’à 12 séances. En général, le conseil à court terme est axé sur la réduction des symptômes, la réalisation d’un objectif et/ou la gestion d’une crise actuelle telle que la perte d’un être cher, des fractures relationnelles ou des problèmes liés au travail.

Une fois que l’on a obtenu un certain bénéfice thérapeutique, on constate que la nécessité d’une consultation s’estompe. C’est naturel puisque nous allons de l’avant lorsque nous surmontons une difficulté. Cependant, pour maintenir la longévité des bénéfices thérapeutiques, il peut être utile d’utiliser la consultation comme une pratique d’hygiène psychique. L’hygiène psychique est toute pratique qui aide à maintenir un niveau psychologiquement sain, l’activité n’entraînant que peu ou pas de réaction(s) indésirable(s). Il peut s’agir de méditation, d’exercice, de temps passé avec des êtres chers, d’une pratique spirituelle, d’un contact avec la nature ou même d’un bain.

Lorsque le conseil est utilisé pour maintenir le bien-être psychique d’une personne, cela permet d’affirmer le succès du conseil tout en restant à l’écoute des problèmes. En outre, cela contribue à renforcer les changements significatifs dans la vie d’une personne ; l’empreinte laissée sur son psychisme par la thérapie est renforcée. Enfin, la consultation à cet égard peut aider à recalibrer les objectifs et à déterminer comment traduire certains succès passés en succès futurs.

Six à huit semaines après la dernière séance, il peut être utile de réfléchir aux similitudes et aux différences dans votre vie. Les bonnes questions à se poser sont les suivantes :

Où en est l’élan que vous aviez à la fin de vos sessions, et va-t-il toujours dans la direction que vous souhaitez ? Si oui, pourquoi ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi ?

Comment avez-vous pris soin de vous ?

Quel serait l’impact d’une rencontre avec votre conseiller sur votre situation actuelle ?

Le fait de venir pour une ou deux séances peut vous aider à prendre du recul par rapport à ces questions.

Le conseil pour votre bien-être psychologique ne doit pas nécessairement se faire après la fin des séances. Il arrive que nous nous retrouvions dans une ornière, que nous tournions en rond dans la boue et que nous ayons besoin d’un petit coup de pouce ou d’une aide pour reprendre notre vie en main. Lorsque quelque chose ne va pas ou que le stress de la vie devient écrasant, il peut être bénéfique d’agir rapidement et délibérément afin de retrouver l’élan nécessaire pour sortir de la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Il n’est pas nécessaire d’être réactif en matière de santé mentale. Le conseil peut empêcher les problèmes d’atteindre le point où ils semblent insurmontables. En outre, il peut être utilisé pour concrétiser des changements positifs dans votre vie. Être proactif en matière de santé mentale vous permet d’aller de l’avant et de rester sur la bonne voie pour suivre votre essence dans la vie.

Thomas Goenczi est un ancien combattant de la MRC et un conseiller clinique diplômé qui exerce en cabinet privé : Well Then Therapy.

Le contenu de ce site n’est pas destiné à remplacer les conseils, le diagnostic ou le traitement d’un professionnel. Demandez toujours l’avis de votre professionnel de la santé mentale ou d’un autre professionnel de la santé qualifiée pour toute question concernant votre état de santé..

Filed Under: Top Stories

RSSComments (0)

Trackback URL

Comments are closed.